Grandir.
S’ouvrir.
Transmettre.

MENUMENU
  • Qui sommes-nous ?
  • Nos antennes
  • Le parrainage
  • S'engager
  • On en parle
  • Faire un don

Anne, marraine de Tanguy, 19 ans

Anne : Tanguy avait 12 ans et moi 26 quand nous nous sommes rencontrés. Cela fait 7 ans. Je venais d'arriver à Paris quand je me suis fais agresser par une bande de jeunes, dans la rue. Cela m'a traumatisée car jamais un tel événement ne se serait produit dans mon village d'origine où nous nous connaissons tous. C'est à ce moment là, que j'ai décidé de rencontrer les jeunes de mon quartier, en cherchant à faire du soutien scolaire, dans un premier temps. Je suis alors tombée sur un article de Parrains Par’ Mille dans le journal Métro. Je voulais rencontrer de préférence un adolescent parce que je me sens à l'aise avec les jeunes de cet âge. Je ne cherchais pas à appliquer un principe éducatif mais je souhaitais établir un échange et être moins seule aussi. Avec le temps, c'est une relation qui s'est également construite avec sa maman, et avec mon compagnon. Il est aussi casanier que Tanguy, il n’est pas toujours évident de se voir, et nos rencontres sont irrégulières. Je sais qu’il est à un âge où il a envie qu’on le laisse tranquille. Il n'a plus l'âge des dessins animés et des promenades au parc.

Tanguy : Je ne me rappelle pas de l'année exacte où nous nous sommes rencontrés mais cela fait longtemps, plus de 5 ans je pense. Avant, Anne me parlait de mon comportement, de l'école… Aujourd'hui, on parle informatique, et l’on discute de tout. Sauf d'amour, car je n'ai pas grand chose à dire, et de politique parce que j'en ai strictement rien à faire. On se voit tous les deux ou trois mois, c'est vrai que j'ai la flemme de bouger, je reste parfois dans mon coin. On discute de longues heures mais quand ma mère arrive et qu'elles vont toutes les deux faire du jardinage, je m'éclipse. Le compagnon d’Anne n’aime pas tellement les sorties mais comme il travaille dans la micro-technique, on parle beaucoup d’informatique.